Dégenrer

“Dégenréissance” de Morgane Dardis

Le 5 mai 1987, un médecin a défini que j’étais un mâle de l’espèce humaine. Quelques heures plus tard, l’état le confirme en mairie. 31 ans plus tard, je suis défini par les représentations sociales comme un homme cis genre (personne en accord avec le genre qui lui a été assigné à la naissance). Je suis pédé, donc j’ai entretenu une capacité à déconstruire les représentations de toutes les constructions patriarcales de la société, ce qui m’a amené à être sensible aux questions de genre.

Dans ma réalité, mon genre ne définit pas mon orientation sexuelle et encore moins l’inverse. Mon orientation sexuelle se définit par des réalités historiques et des faits, dans ma réalité, mais je reste interrogatif sur mon identité de genre. Je n’aime pas ce que la société représente dans le fait d’être homme cis-genre, déjà parce-qu’il s’agit d’une construction sociale basée sur des représentations généralistes qui amènent principalement les autres à me définir. La société me définit comme cis, c’est ce que je suis, mais je ne veux pas répondre à ce que ça implique. Être un homme cis, c‘est participer à la domination masculine. J’ai plein d’avantages et de privilèges vis-à-vis de mes frères et sœurs transgenres, gender fluid ou non-binaire (les personnes qui passent d’un genre à l’autre ou qui sont agenrées). 

Je n’aime pas être cis : c’est la méga honte, être cis, c‘est répondre aux constructions sociales qui se fortifient sur des principes de patriarcat qui par extension participent aux oppressions systémiques que cela implique. J’ai été éduqué socialement comme un homme cis, je dois être viril, puissant, ne surtout pas être sensible. Je dois parler fort et prendre l’espace… Je dois faire mon âge ou plus vieux, c’est mieux. Il faudrait que je sois musclé et si possible monté comme un étalon, il me faut tous les attributs du mâle dominant, j’ai appris à pratiquer le manspreading de façon “naturelle” : 

“Ne croise pas les jambes ! Ce n’est pas viril.
“Mais papa, tu croises les jambes toi ?!
“Oui mais moi j’ai fait 5 gosses”

J’ai été éduqué à être un reproducteur, chose qui me dégoûte assez, je dois l’avouer. C’est méga la honte d’être un cis. Je ne veux pas être un cis. Alors peut-être que je déconstruis parce que je suis pédé et que de fait, le mec cis hétéro me met mal à l’aise. Je ne veux pas être ça. Je parle moins fort, m’assois sans écarter les jambes, je laisse la parole, je ne tire pas de profits de mes avantages… Je m’efforce de retirer toute forme d’oppression sociale dans chacun de mes comportements. Mais ça ne fait pas de moi un non-cis… je ne suis pas une femme. Petit, pourtant, je le voulais… Je ne me sens cependant pas homme, j’en ai toutes les représentations physiques… Pourtant, c’est un fait, je suis cis. Alors en étant attentif aux autres et en changeant mes comportements, je fais de mon genre un élément non-important, qui ne doit au maximum pas régir ma vie sociale. 

Je me bouscule et m’informe pour ne pas reproduire de schémas patriarcaux. Je fais de mon mieux pour être un allié plus safe envers les personnes non-cis, les femmes et les minorités en général. 

Je crois qu’être défini comme “un homme cis”, me concernant, est loin d’être la caractéristique la plus révélatrice de ma personne. Je veux que mon identité m’appartienne pleinement. Je pense pour ma part que nous sommes tou.te.s des putains de Sirènes, des Sorcières qui déconstruisent au mieux et qui luttent contre les normes oppressives tant bien que mal…. Ne devrions-nous pas alors plutôt prendre soin de nous tou.te.s ?

 

Arnaud-Yves Dardis



1 thought on “Dégenrer”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.