EAT MY BOOKS #4 : Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir

Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir, de Cookie Mueller, traduit de l’américain par Romaric Vinet-Kammerer, Editions Finitude

Dis minou, combien de fois ça t’es arrivé.e de lire un bouquin et d’avoir l’impression de lire des morceaux de ta vie alors que ça se passe à une époque complètement différente, avec des gens qui sont pas du tout les mêmes (mais que tu connais un peu parce que tu les as déjà vu dans des génériques ou sur des pochettes de cd) ?

Avant de lire ce livre, je savais pas du tout qui c’était moi Cookie Mueller. Pour ta gouverne, je dois t’avouer que si tu sais pas toi non plus, c’est (entre autre) une égérie de John Waters (rien à voir avec ce gars des Pink Floyd avec qui je confonds toujours mais j’y connais rien aux Pink Floyd, pour moi John Waters c’est le mec qui a réalisé Cry Baby ce qui fait que c’est un mec bien dans ma tête et voilà).

Cookie Mueller, elle est née en 1949. Ce qui fait qu’elle serait un peu vieille aujourd’hui mais comme pas mal d’égéries des gens célèbres et américains, Cookie est morte, fauchée par le sida en 1989. Elle avait quarante ans, ce qui est un âge assez jeune je trouve.

Ce qui est le plus dingue dans la vie de Cookie Mueller, c’est tout un tas de trucs. Comme le fait d’avoir échappé de peu à la tribu de Charles Manson, d’avoir baisé avec Jimi Hendrix sans qu’elle en ait quelque chose à foutre, d’avoir côtoyé Divine, d’avoir escroqué un nain sicilien qui louait des voitures, d’avoir sauvé la vie d’un gars qui faisait une overdose, d’avoir parlé un peu avec Anton Lavey (le gars qui a dit que Marilyn Manson il était un bon gars aussi), d’avoir échappé au triste avenir que lui réservait (peut-être) le boucher de Brooklyn…

Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir est le premier roman de Cookie Mueller traduit en France et on espère qu’une chose minou, c’est que les autres suivront.

Parce que Cookie Mueller est une femme lucide mais qui essaye tout, avec l’innocence de la première personne qui teste l’acide. Elle a autant le cul bordé de nouilles qu’une poisse de l’Enfer si tu veux tout savoir, et c’est un récit raconté avec des tripes, un espèce de rêve américain à l’envers qui sent le t-shirt poisseux et poussiéreux que t’aurais pu acheter à San Francisco avant de partir en stop pendant 3 jours pour faire un trajet qu’aurait duré 3h en avion.

J’ai découvert une nouvelle héroïne, au même titre qu’Eddie Sedgwick, que Calamity Jane, que Starhawk, Janis Joplin, que.

Nom d’un kebab le soir de Hanouka.

Lis. Ce. Livre. BICAUSE :

(genre si t’es fan de Nan Golding et de John Waters t’as forcément vu sa gueule quelque part).

Merci. Merci merci merci merci.

Et encore merci pour ce recueil de textes aussi poignants les uns que les autres.

J’en aurais chialé un peu.

Sioux

Lou



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.