Première Soirée Furiozoa-Furiozo-Furioza ! Entretien avec Lolla Wesh

 

Lolla nous présente sa première soirée au M’sieurs Dames, Paris 11 le 1er Novembre 2018, nous avons eu envie d’en savoir plus !

Salut Lolla, avant toute chose peux tu nous présenter rapidement ton personnage pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Coucouuuuu !
Je suis la beauté incarnée comme un ongle, la quintescroc de la féminité et pourtant je ne suis pas femme. Je suis un humain avec ses forces et ses failles. Je m’amuse à faire des tutos sur le net pour apprendre aux gen.te.s à se libérer à être fier.e.s d’être soi ou polyester. Tout ça en niquant le patriarcat.

Nous avons cru comprendre que tu avais plusieurs projets sur le feu en ce moment mais nous sommes tout spécialement interessé.e.s par la soirée du 1er Novembre  » Furiozoa-furiozo-furioza by Lolla Wesh. « .

Tu parles certainement de mon spectacle « Coucou », création pour Avignon 2018 qui prend une nouvelle forme et dont je joue la première à Lyon les 23 et 24 novembre à l’Acte 2 Théâtre… Instant promo wesh. Quant à la soirée FuriozoA effectivement c’est mon petit dernier, pas de spectacle ni de performance mais juste l’envie de rassembler des personnes qui comme moi ne se retrouvent pas toujours très facilement dans les soirées LGBTQI déjà existantes à Paris… pourtant il y en a plein… Mais ce n’est pas toujours hyper inclusif.

Avant toute chose, pourquoi ce nom ?

Au début nous avions pensé à « Furi-eux-ze » pour symboliser l’esprit inclusif mais c’était difficile à lire, on est parti sur Furiozoa-furiozo-furioza. Le mot furieu.euse me plaisait car il symbolise pour les gens binaires soit le pédé folle furieuse soit la gouine féministe furieuse et ces raccourcis et mécanisme d’exclusion ça nous rend furieux.

Je voulais que ce soit une réappropriation de la façon dont certaines personnes peuvent définir les populations qui peuvent avoir du mal à trouver une place socialement parlant, dans une société régie par le patriarcat et il est triste de constater que les communautés LGBTQI reproduisent parfois les mêmes oppressions systemiques de la société hétéro.

Les gays n’aiment pas les folles et certaines lesbiennes n’aiment pas les gouines… j’ai vu des gouines follophobes et des pédés mysogines et gouinophobes… C’est dire… Alors avec ce nom j’espère leur faire un gentil pied de nez.

Du coup, on commence à cerner tes motivations à créer cette soirée, dis nous en plus.

Comme expliqué précédemment il s’agit de sensibiliser les personnes sur ce qui existe en terme d’identités et que rien n’est jamais totalement binaire. Sur un plan plus personnel je ne m’identifie pas toujours dans la plus part des soirées gays existantes elles sont souvent nourries par une image de masculinité toxique qui est un des éléments les plus excluant de notre société. Je n’ai rien contre ces événement et son public mais être dans un environnement qui dégouline de virilisme ne me met pas très à l’aise et parfois je ne me sens pas du tout en sécurité. J’ai envie d’une soirée inclusive sans code binaire et sans excès de virilisme. Je veux que ce soit drôle convivial et furieusement pédale-gouine-trans.

Quel concept proposes-tu donc ? En quoi te démarques tu des autres événements estampillés « queer » du moment ?

Le queer est selon moi devenu un mouvement de mode plutôt que politique. On ne peut décemment pas proposer une soirée Queer dans un lieux 100 % cisgenre et gay avec des tarifs élevés.

Le queer est une révolution pas un plan marketing.

Le queer est construit par des personnes précaires, exclues socialement le plus souvent à cause des constructions sur le genre par exemple. Je suis fatigué de voir mes potes trans mecs être violentés dans des événements estampillés pédés queer, cela ne crée que plus de tensions stériles dans une communauté qui a besoin plus que jamais de solidarité.

Je ne me prendrais jamais pour un porte parole, je refuse de detrousser la visibilité de mes potes trans mais je pense que en tant que pédé cis je peux amener des outils à mes autres copains pédés pour que nous construisions une passerelle entre nous tou.te.s. C’est la tentative de cette soirée.

Dans la bienveillance et la convivialité. Je propose aussi que tou.te.s les participant.te.s me donne des titres et artistes de musiques qu’ils veulent écouter, des morceaux de varietoches ringardes aux titres concepts alteratifs inconnus. Le but est de tout respecter pour être sûr que chacun.une s’amuse. Pour cela une playlist participative est en ligne sur Spotify.
Je propose aussi des animations, le 1 er Novembre il y aura du maquillage à dispo pour que tout le monde s’éclate, et j’ai créé un groupe fermé sur fb pour que les personnes qui seront venues se retrouvent en communauté pour garder un lien et être au courant des prochains événements. Ils/Elles pourront exprimer aussi leurs envies et idées pour les éditions suivantes.
Je pense que c’est le meilleur moyen de faire une sélection des personnes pour au final rester que entre vrai.e.s FuriozoA.

Ça ressemble à du repli communautaire mais finalement la sécurité n’est elle pas dans ce concept ?

Quel public tu vises avec cette soirée ?

Absolument toutes les personnes qui se reconnaîtront dans ce que je viens de t’expliquer, certes il y a mon point de vue qui est propre à mon expérience mais j’ai plein de potes pédés qui sont dans la même situation que moi et qui veulent que nos communautés se rapprochent. Mes potes trans qui me racontent comment ielles peuvent se sentir mal reçues dans une soirée, mes amies femmes qui témoignent aussi des ces mêmes sentiments d’exclusion ou de danger…
Je ne suis pas non plus utopiste car je sais que le 100% safe n’existe pas mais avec de la pédagogie, de l’écoute, de la bienveillance et plein de positivisme, même si on ne change pas le monde on peut changer nos rapports aux autres.

Donc tou.te.s celleux qui aspirent à ça sont bienvenu.e.s et attendu.e.s le 1 novembre !
Furiozo.a est l’événement qui rassemble les « folles furieuses » et les « féministes furieux ».
Ici on n’a pas le droit, mais l’obligation de ne pas faire d’excès de virilisme, Masc4Mascara est le maître mot. Un événement inclusif et bon.onne enfant.te. « Laissez passer les p’tits pédés, et leurs copines les petites gouines, avec les Trans qui mènent la danse, les bi y seront et quelques hétéros bien dans leurs peaux. »

Merci pour toutes ces réponses, enfin dernière question,  pourquoi as tu choisi le M’sieurs Dames pour ce rassemblement ?

Laura et Fred les tenancier.ere.s des lieux ont toujours exprimé le désir de faire de leur bar un lieu réellement mixte, et en partie sur les questions de genre. Le M’sieurs Dames est justement un lieux prévu pour que les pédés, gouines, trans et autres s’amusent ensemble, je trouvais donc totalement naturel de leur proposer ce partenariat. En plus ce lieux est si convivial et chaleureux que je me devais de le partager aux personnes qui ne le connaissent pas encore !

Merci Lolla pour toutes ces réponses !

Alors tu viens ?

RDV le 1er Novembre !

L’event FB :
Furiozoa-furiozo-furioza

Le lieu :
M’sieurs Dames
30 Avenue Parmentier, 75011 Paris

L’hôtesse :
Lolla Wesh



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.